Philosophie, écologie, politique. Blog de Florent Bussy, professeur de philosophie, Conseiller municipal de Dieppe

Publication le 18 octobre d'un livre consacré à William Morris

Publication le 18 octobre d'un livre consacré à William Morris


Editions le Passager clandestin, collection les précurseurs de la décroissance. 108 pages, 8e.

 

http://lepassagerclandestin.fr/catalogue/les-precurseurs-de-la-decroissance/william-morris-ou-la-vie-belle-et-creatrice.html

Posté par primorales à 12:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Proposition conférences

Je suis disponible pour faire des conférences pour les associations qui souhaiteraient m'inviter, entre Caen, Arras, Paris, Le Mans, autrement dit 200 km autour de chez moi.

Je peux présenter une conférence sur le totalitarisme, le crime contre l'humanité, l'écologie, l'utopie. D'autres sujets sont possibles.

Posté par primorales à 23:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Publication de Ce qui nous fait, l'avènement d'homo écologicus ?

Ce qui nous faitPublication de Ce qui nous fait, l'avènement d'Homo ecologicus ?

Libre et solidaire, 200 pages, préface de Christian Godin

https://libre-solidaire.fr/epages/e02491b5-ce3a-4c00-b187-dc9ff39194fc.sf/fr_FR/?ObjectPath=/Shops/e02491b5-ce3a-4c00-b187-dc9ff39194fc/Products/40

Interrogeons-nous sur ce qui nous fait : la vie, la nature, la société, la réalité, le passé et tentons de devenir maîtres de notre destin pour que le XXI e siècle soit celui de l’avènement d’Homo ecologicus. Dans ce livre, l’auteur interroge ce qui nous fait : la vie, la nature, la société, la réalité, le passé. Et montre que les crises majeures qui nous menacent trouvent leur source dans les fantasmes qui nous dominent. Notre tâche est de nous penser nous-mêmes et de devenir les maîtres de notre destin. Le XXI e siècle peut-il être celui de l’avènement d’Homo ecologicus ? Quelles en sont les conditions et les obstacles ? Dans l’Antiquité, les Grecs parlaient d’hubris (démesure) pour condamner les aspirations à échapper aux limites de la condition humaine. L’homme devait, tout en ayant les dieux pour modèles, accepter sa condition imparfaite de mortel. Au contraire, la modernité postule que la nature se réduit à une matière première, dont la science doit permettre connaissance et la technique la maîtrise. Avec le libéralisme, la société doit relier de manière contractuelle des individus autonomes, sauf à empiéter sur leurs libertés. Les modernes que nous sommes sont animés par la croyance et l’espérance que rien n’est fixe et que notre action et notre puissance n’ont pas de limites. Pourtant, nous ne nous faisons pas nous-mêmes. La réalité dans laquelle nous vivons nous conditionne et nous limite, sans que cela implique la soumission à un ordre naturel et social immuable. Solitude et toute-puissance relèvent du fantasme, alors que le désir de liberté est
ce qui nous caractérise de la manière la plus profonde et constitue un acquis majeur de la modernité. Quelles en sont les conditions et quels en sont les obstacles ? Dans une langue très accessible, cette philosophie de l’homme à l’époque de la crise écologique tente de présenter des pistes pour une réconciliation de l’humanité avec elle-même.

 

 

Posté par primorales à 22:25 - Commentaires [2] - Permalien [#]

Publication de L'Utopie, entre idéal et réalité. Peut-on résister au totalitarisme ?

 

Publication le 13 juin aux éditions Libre et solidaire d'un livre sur l'utopie, 144 p, 13e90.

 

L’utopie a accompagné la modernité. Elle présente un idéal collectif ; non pas toujours, comme on lui reproche souvent, à la manière d’un monde parfait, clos sur lui-même et inaccessible, mais comme un ensemble de principes ou de pratiques désirables, permettant de faire un pas de côté par rapport à la réalité et de se libérer, au moins partiellement et provisoirement, de ses insuffisances. Elle a souvent été ambivalente, en faisant entrer la lumière et l’espérance dans l’obscurité politique, mais en contribuant aussi à produire de nouvelles ténèbres.Ses liens avec les régimes totalitaires et les expériences de radicalité demandent ainsi à être interrogés. C’est ce que propose de faire ce livre, animé de la certitude que l’utopie ne se réduit pas à l’essence qu’on souhaite fréquemment lui voir revêtir, à savoir un discours et des pratiques maximalistes et irréalistes, qui préparent les voies de la terreur et des lendemains qui déchantent. Avec la volonté du libéralisme de se constituer comme réalité totale, l’utopie est plus que jamais nécessaire, en instaurant un écart entre l’existant et l’idéal. En s’appuyant à la fois sur les textes et les pratiques, ce livre montre que l’utopie constitue un lien que les hommes peuvent nouer, par l’espérance et la lutte, pourdépasser les désillusions du réel et ne pas s’accommoder du monde comme il va, mais le rendre plus humain.
 
 

Posté par primorales à 14:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Publication d'un second livre sur le totalitarisme éditions du Cerf

Le totalitarisme

http://www.editionsducerf.fr/html/fiche/fichelivre.asp?n_liv_cerf=10089

 

Le totalitarisme
Histoire et philosophie d'un phénomène politique extrême

30,00 € - 430 pages

Collection « Bibliothèque du Cerf »

 
Résumé

Revenant sur l’Allemagne de Hitler, la Russie de Staline, la Chine de Mao, le Cambodge de Pol Pot, recensant et commentant tous les auteurs majeurs, dont Hannah Arendt, Claude Lefort, George Orwell ou encore Primo Levi, Florent Bussy livre ici un maître-ouvrage considérable sur ces règnes de terreur devant lesquels ont ployé le pragmatisme, la raison, l’humanité et même la religion.

C’est aussi l’occasion de faire le point sur des débats les plus contemporains : le communisme est-il un totalitarisme ? Staline était-il aussi monstrueux qu’Hitler ? Mao était-il un assassin ?

Avec intelligence et pédagogie, l’auteur nous fait visiter la scène, les coulisses et la critique du plus grand événement du XXe siècle.

ISBN : 978-2-204-10271-1 - SODIS : 8299822 - EAN : 9782204102711

 

Le totalitarisme

Posté par primorales à 17:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Publication d'un premier livre sur le totalitarisme Vrin

http://www.vrin.fr/book.php?code=9782711625055

Prix : 8 e 50.

Florent Bussy

Qu’est-ce que le totalitarisme?

Vrin, « Chemins Philosophiques ». 128 p., 11 × 18 cm. ISBN : 978-2-7116-2505-5.

Les régimes totalitaires sont au cœur du XXe siècle. On les confond souvent avec les despotismes qui ont dominé l’histoire, ignorant ainsi ce qui les anime et les distingue : un fantasme idéologique d’unification totale de la société, par une violence inouïe visant à faire disparaître les populations censées être responsables des crises.
Cet essai rend compte du caractère révolutionnaire du totalitarisme, en montrant qu’il s’en prend non seulement à ses opposants réels, mais à l’humanité de l’homme en sa spontanéité. Les textes d’Arendt et d’Orwell étudiés montrent ainsi que, dans le totalitarisme, les lois, qui stabilisent les affaires humaines, laissent place à une mise en mouvement permanente de la société et la réalité empirique à la fiction psychotique d’une société totale

Posté par primorales à 17:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Publication de La critique de la raison automobile (éditions Libre et solidaire)

http://libreetsolidaire.blogspot.fr/2014/02/critique-de-la-raison-automobile.html

Nous sommes tous des « hommautos »… En l’utilisant tous les jours, en y passant des heures d’affilée, la voiture est devenue un objet auquel on ne réfléchit plus, un objet tellement commun qu’il semble qu’il n’y ait rien à en dire. Elle fait partie de notre vie, l’envahit, la hante.
Nous en respirons les gaz d’échappement, en expérimentons les risques, en espérons des plaisirs. Seuls ou accompagnés, nous y réfléchissons, nous y rêvassons, nous y écoutons les informations… ou nous nous transformons en conducteur irascible…
Le propos n’est pas de porter un jugement moral sur l’automobile, ni seulement de dire qu’il est préférable de limiter son usage,  de se déplacer à pied ou à vélo, même si cela nous fait redécouvrir des plaisirs oubliés : retrouver notre corps,  sa temporalité, être à l’écoute de notre environnement naturel, urbain ou social.
Il est ici question de suggérer un dialogue, afin de penser la voiture au lieu de la subir.
En quarante et un petits récits, nous découvrons qu’elle n’est pas une question de choix personnel, mais un problème collectif, social. Sa place dans nos sociétés révèle en effet qu’elle est ritualisée avec une forte connotation symbolique.
Cet ouvrage suscite une véritable prise de conscience et nous permet de poser un regard objectif sur la place de l’automobile dans notre société, et donc sur nous-mêmes.
Format : 13 x 21 cm
Nombre de pages : 168 pages
Prix : 14,90 €
http://www.la-croix.com/Archives/2014-04-15/Critique-de-la-raison-automobile-2014-04-15-1136920

 

 

Posté par primorales à 17:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 octobre 2018

Recension du livre sur William Morris dans la Décroissance de novembre 2018

Posté par primorales à 20:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 septembre 2018

recension revue Nature et progrès

recension revue Nature et progrès

 

Posté par primorales à 20:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 juillet 2018

Article dans les Zindigné-e-s n° 48

Article dans les Zindigné-e-s n° 48

Consacré à une politique de la fragilité.

IMG_20180701_224038

IMG_20180701_224114

Posté par primorales à 22:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]