Ce livre analyse avec une grande précision les ravages du discours publicitaire sur la pensée (le sous-titre est "Essai sur la normalisation publicitaire), relevant clichés, valorisation machistes, fantasmes de puissance. On peut donc lire ce livre comme une critique du penser-conforme que la publicité, profession hautement médiatisée au point qu'elle a conquis les sénacles politiques, a imposé largement. La rhétorique publicitaire a une vocation marchande, ce que l'appréciation purement esthétique ignore par cynisme ou aveuglement. Or un discours aussi intéressé ne sera jamais innocent. C'est ce que François Brune nous invite à penser ici. Celui qui lira ce livre n'appréciera plus la publicité comme avant, et c'est très précieux.